Un projet Labex Arts-H2H
 
en /fr
Les Arts trompeurs
Machines, Magie, Médias

Atelier scientifique n°1 : La Magie : pratiques et discours
À la croisée des regards

Mardi 14 avril 2015

9h - 19h

École Nationale Supérieure Louis Lumière
La Cité du Cinéma
20, rue Ampère
93 213 La Plaine Saint-Denis


Métro Carrefour Pleyel (ligne 13)

Entrée libre sous réserve de places disponibles. L’accès à la Cité du Cinéma étant réglementé, la participation à ce colloque impose une inscription (gratuite) préalable jusqu’au 10 avril auprès de lesartstrompeurs@hotmail.com ou frederictabet@hotmail.com

Dans le cadre du projet Labex Arts H2H, Les Arts Trompeurs. Machines, Magie, Médias, porté par Giusy Pisano et Jean-Marc Larrue, ce premier atelier scientifique  propose d’explorer différents discours portés sur la magie et d’interroger des pratiques variées qui ont pu être associées à elle.

 

Force est de reconnaître que l’idée de « magie » est aujourd’hui étroitement associée aux objets techniques dont nous usons quotidiennement, tant du côté des discours publicitaires que de celuides commentaires des utilisateurs : volonté de créer une « féerie » marchande pendant les fêtes, d’« enchanter » le consommateur, de lui procurer les dernières « merveilles » de l’industrie, etc. Si le terme fait partie de notre langage courant, il importe d’en saisir d’emblée la polysémie pour le relier à une multiplicité d’approches, de discours et de pratiques qui se sont construits autour de la magie ou ont tenté d’en circonscrire les formes.


Afin de mieux cerner les enjeux d’une recherche qui propose de revisiter l’histoire des médias en fonction du « cycle technologique » : moment magique (croyance), mode magique (rhétorique), naturalisation (banalisation de la dimension magique), il semble crucial de revenir aux travaux qui, de la science à la philosophie, de l’histoire à l’archéologie, de la psychologie à l’anthropologie, ont interrogé la magie à partir de leur perspective disciplinaire, mais aussi aux discours des praticiens et des archivistes qui la définissent d’un point de vue technique, artistique ou institutionnel. Loin de créer un consensus, la magie est le lieu de discours très différents. Dans l’antiquité gréco-romaine, les textes sur la magie sont nombreux et
variés et surtout conditionnés par les raisons qui ont motivé leur rédaction, ainsi que par leur contexte de production. Les tentatives de définitions qui ont suivi, notamment au XIXe siècle, demeurent vagues, voire contradictoires. Or, l’image que ces discours donnent de la magie (de ses pratiques et pratiquants) a traversé les âges et influence encore aujourd’hui notre compréhension du concept. La magie ancre-t-elle la perte de l’authentique, ou célèbre-t-elle une liberté déliée ? N’est-elle que mysticisme ou illustre-t-elle la toutepuissance des valeurs rationalistes, et positivistes ?… La magie est-elle le dernier rempart de l’insondable et du mystérieux, ou le fer de lance des représentations les plus novatrices ?

Ajouter un commentaire

Un projet Labex Arts-H2H